Le cinéma restera un genre essentiel au développement des chaînes payantes

17/05/2010
Image

100%média : Que devient le cinéma sur les chaînes nationales ?

René Saal : Le cinéma jadis omniprésent dans les grilles des grandes chaînes hertziennes ne représente plus qu'une petite part de leur programmation en prime-time. La télé-réalité l'a depuis longtemps supplanté grâce à la récurrence de ses rendez vous, sa capacité à raconter elle aussi des histoires et sa participation incomparable au financement des chaînes via les recettes publicitaires que ses nombreux écrans de coupure engendrent.
Œuvre unique, souvent exigeante, nécessitant une attention soutenue et une grande disponibilité, le cinéma (sauf quand il s'agit de blockbusters) ne permet plus de fédérer de fortes audiences. Ne pouvant accueillir qu'une seule coupure de publicité il lui devient également de plus en plus difficile de garantir aux chaînes des recettes publicitaires en quantité suffisante par rapport avec son coût d'acquisition.
Seules les chaînes de la TNT tirent leur épingle du jeu en battant régulièrement leurs records d'audience grâce au cinéma.

Le cinéma est-il toujours aussi important pour le Groupe Canal+ ?

RS : Le cinéma continue de constituer pour Canal+, une motivation d'abonnement essentielle (avec le sport et la création originale).
Avec plus de 40 films inédits par mois et une chaîne entièrement dédiée au 7ème art : Canal+ Cinéma, le cinéma contribue fortement à l'image, à la consommation des chaînes et à la satisfaction des abonnés.
Le Festival de Cannes, est un moment essentiel pour réaffirmer la force unique de ce lien qui existe entre Canal+ et le cinéma. Cette année CARLOS, la série de création originale initiée par Canal+ a créé l'événement en étant en sélection officielle à Cannes prouvant que ce qui importe plus que tout, ce n'est pas le mode de financement mais bien l'ambition mise au service de la conception et de la réalisation de l'œuvre.

Quel avenir pour le 7ème art à la télévision ?

RS : Il est probable que la présence du cinéma sur les chaînes gratuites n'évoluera plus beaucoup. Les comédies, les films d'aventure et les films d'action qui s'adressent à tous les publics continueront de trouver une place de valeur dans les grilles. Néanmoins, le rythme de plus en plus rapide des rediffusions de grosses cartouches sur les chaînes hertziennes et la TNT peut mener si l'on n'y prend garde à l'épuisement de ce nouveau filon.
Concernant les chaînes payantes, le cinéma sous toutes ses formes (blockbusters et films d'auteur, films français et cinéma de tous les pays) restera pour de nombreuses années encore un genre essentiel à leur développement.

René Saal, Directeur de l'Antenne, Canal+

17/05/2010

Cet article fait partie de la Newsletter du 18 mai 2010

René Saal, Le magazine Sport/Figaro, Groupe Gratuit Pros/DISTRI Gratuit Pros, Le Figaro.fr/i>Télé, SPM, Bauer Media Group/Happinez, TF1, IAB France, 20 Minutes/Adrexo, Chérie FM Cinéma,CSA, Le groupe Media Etudiant, Tête à modeler/Orange Advertising Network, FTP Outre-Mer Réunion, , Waka/skyrock.com, CNC, TNS Media 360 devient Momentum Review, Nielsen/Facebook, OJD, UDA-CRTM 2009, Médiamétrie/Talent Group, IPSOS MediaCT/Be, Newcast, UDECAM, Vizeum, Speedy/GDA, Lagardère Advertising, Toutes les offres, Emplois médias, Créativité avec AdForum.

À la une dans 100%Media

À lire aussi